L’histoire du thé matcha

the matcha pour maigrir matcha origine matcha bienfaits matcha tea quand boire du the matcha matcha def

Le thé matcha est un des éléments les plus importants de l’histoire du thé au Japon. L’histoire du thé au Japon est totalement différente de ce qui s’est passé dans d’autres parties du monde.

Tout commence en Chine

Les Chinois ont perfectionné de nombreuses méthodes de préparation du thé. L’une d’elles consistait à griller et à pulvériser les feuilles pour obtenir une poudre fine qui se dissolvait facilement dans l’eau chaude. Cette poudre de thé est devenue très populaire entre les années 960 et 1279, elle était alors fouettée dans un bol pour obtenir une mixture. Cette boisson fut nommée thé Matcha.

Les bouddhistes zen aimaient tellement le thé Matcha qu’ils l’ont intégré dans leurs rituels religieux. Ils disposaient de manuels complets sur la façon dont une cérémonie du thé devait être exécutée et le thé est devenu un élément presque sacré. Un moine a apporté le Matcha au Japon vers 1191 et les rituels de sa préparation ont fait partie de la haute société jusqu’au 16ème siècle.

Un moine bouddhiste japonais influent (de la secte Tendai) du nom d’Eisai Myoan, lors d’un voyage en Chine à la fin des années 1180, s’est épris de deux importantes pratiques chinoises : le bouddhisme zen et le matcha. Il est rentré au Japon enthousiasmé par ces deux pratiques et a consacré le reste de sa vie à écrire et à enseigner le zen et le matcha.

Le matcha a perdu la faveur des intellectuels chinois (on n’a jamais su vraiment pourquoi) et a été lentement remplacé par d’autres formes de thé chinois (notamment le pu-ehr), mais sa popularité n’a fait que croître au Japon, d’abord grâce aux efforts incessants d’Eisai (son Kissa Yojouki “How to Stay Healthy by Drinking Tea” est un classique depuis lors).

Les monastères zen du Japon ont rapidement adopté le matcha. Ils préféraient le matcha pour deux raisons principales :

  1. Il les gardait éveillés et alertes pendant les longues périodes de méditation
  2. Ils savaient qu’il avait des propriétés médicinales précieuses que nous connaissons aujourd’hui de manière très scientifique (grâce au livre cité au-dessus)

Le matcha a rapidement été apprécié par les couches supérieures de la société japonaise, orientée vers les castes, en particulier par la classe des samouraïs, et sa popularité n’a cessé de croître jusqu’à la fin du XVIe siècle. C’est à cette époque que les cultivateurs de thé, principalement à Uji, à Kyoto, ont vraiment commencé à comprendre les meilleures techniques de culture. Avec le temps, ils ont continué à apprendre et à produire un meilleur matcha.

La consommation et l’appréciation du matcha, associées à la pratique simultanée d’autres arts traditionnels japonais tels que la poésie, l’art floral et la peinture, conféraient à l’individu une sorte d’influence culturelle ; la maîtrise du matcha était considérée comme un bon moyen de “s’élever au-dessus de son rang” dans la vie. Les gens aspiraient au matcha. Les politiciens et les patrons féodaux (connus sous le nom de daimyo) ont engagé des maîtres de thé pour le prestige qu’ils leur apportaient et ont collectionné des objets liés au thé, comme des céramiques et des ustensiles, qui étaient considérés comme des biens culturels précieux.

Au fil du temps, l’utilisation et l’appréciation du matcha en Chine ont donc diminué, mais il a été transmis au Japon, où il s’est développé de manière indépendante, d’abord dans les monastères zen, puis auprès du grand public sous la forme du chanoyu, ou cérémonie du thé. Les règles du thé ont émergé des nombreuses règles qui régissent étroitement la vie quotidienne dans les temples zen.

Au XIVe siècle, des maîtres de thé professionnels, tels que Sen No Rikyu, ont fait de la cérémonie du thé un rituel hautement chorégraphié qui fait appel à de nombreuses formes d’art, notamment la céramique, la peinture, la laque, l’art culinaire, l’architecture et le design, la calligraphie, la composition florale et même le jardinage. Il est difficile d’imaginer une autre activité faisant appel à autant de pratiques artistiques disparates.

La dégustation du matcha a d’abord été pratiquée exclusivement par des hommes (moines et dirigeants influents, pour la plupart), mais, au fil du temps, les femmes se sont de plus en plus impliquées. Aujourd’hui, les femmes sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à s’adonner au chanoyu.

Quelle plante est à l’origine du thé matcha ?

Le matcha est issu de la plante Camellia sinensis, la même plante que celle utilisée dans d’autres pays. Plusieurs semaines avant la récolte, la plante est couverte. Une plante privée de lumière directe du soleil ralentit sa croissance et ses feuilles deviennent vert foncé. À l’intérieur de la feuille, certains acides aminés sont produits lorsque les feuilles prennent leur couleur vert foncé et c’est ainsi qu’est obtenu un thé un goût sucré.

Quelle est la particularité du thé matcha ?

Le matcha est semblable au thé blanc, dont seules les feuilles et les bourgeons les plus délicats sont cueillis. Les Japonais s’efforcent de ne cueillir que les meilleurs bourgeons. Les feuilles sèchent, s’effritent et sont moulues en une fine poudre de couleur vert vif. Le meilleur matcha est très doux et a une saveur profonde.

C’est pour cette raison que le prix du thé matcha peut être plus élevé. Cependant, il existe des différences de prix dans le thé matcha. Les feuilles les plus récentes provenant de théiers plus anciens ont un prix plus élevé que les jeunes feuilles provenant de théiers plus jeunes.

La meilleure façon de servir le matcha est de participer à une cérémonie du thé japonaise dans un jardin de thé japonais. Dans le commerce, le thé Matcha est ajouté aux tempuras, chocolats, bonbons, gâteaux, desserts, biscuits, mousses, pudding et glaces au thé vert, ainsi qu’aux boissons glacées, lattes, milkshakes et smoothies. Certaines entreprises l’ajoutent même aux liqueurs, aux barres énergétiques et aux céréales. Et la meilleure nouvelle est que le thé matcha contient 137 fois plus d’EGCG (connu pour être un puissant antioxydant) que les autres thés verts disponibles dans le commerce.

Les jardins de thé japonais

Il existe différents types de jardins de thé japonais. Celui qui est associé aux cérémonies traditionnelles du thé s’appelle un jardin de thé Chaniwa. Ce type de jardin contient une maison de thé où les gens boivent du Matcha après s’être purifiés et avoir traversé des marches jusqu’à la maison de thé, éclairée par des lanternes en pierre.

Les jardins japonais sont devenus populaires au Japon entre 1517 et 1868. L’objectif de ces jardins est passé d’une influence religieuse à une influence du souverain shogun, puis à une influence commerciale/politique. Les cérémonies des jardins de thé ont été conçues comme un outil éducatif, enseignant aux gens comment contrôler leur corps et leur esprit ainsi que des vertus telles que la sagesse, la confiance, la loyauté, la droiture et la politesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *